L’annonce faite à François

L’annonce faite à François

Writtern by Béatrice Toulon

juppe-fillon

 

Cette photo est fascinante. Elle m’a aussitôt fait penser à ce grand hit de la peinture italienne de la Renaissance, l’Annonciation. J’y ai vu L’annonce faite à François. L’envie m’est alors venue de parodier les décodages de ces peintures par le grand historien de l’art trop tôt disparu, Daniel Arasse. Une pure potacherie….

Alain, en archange Gabriel, désigne (à nous, foule des croyants) celui que Dieu a choisi, François Fillon. Le nom de l’élu est nimbé de lumière car cet être béni entre tous les hommes ne nous est pas encore connu, c’est un homme humble venu de la Sarthe, la Galilée française.
Le nom de l’Archange Alain, lui, est dans l’ombre car il n’existe pas en tant que personne, il n’est que le messager de Dieu. Mais sa posture ouverte, l’ampleur de son geste, l’allant du corps nous donne à comprendre qu’il est le porteur d’un message divin d’importance, de nature à bouleverser notre vie.

poussin_annonciation_2-b799dIl sourit légèrement. Nous comprenons qu’il ne faut pas avoir peur, c’est un bouleversement heureux qui nous est promis, même s’il doit passer par des souffrances. C’est la promesse de la France éternelle.
En face, François a l’attitude de l’humble serviteur. Bras resserrés sur le corps, mains jointes tête légèrement penchée, regard happé par le messager, il reçoit l’ordre divin. Il est choisi entre tous les hommes pour accomplir la volonté divine et il l’accepte.
Le fond du tableau est bleu, ce “ caeruleus ” foncé des ciels italiens sans nuage. C’est un symbole de pureté, de calme, de passivité même, la couleur de François.
Attention toutefois, semble nous dire l’auteur de l’image, le bleu foncé des costumes – le ton qui précède le bleu-nuit, maléfique – nous rappelle que l’Enfer n’est jamais loin du Paradis…
Mais n’ayons crainte, Dieu est présent dans la scène, présence discrète et pourtant éclatante aux gens de foi. C’est la couleur blanche, « lumière née de la lumière », de la barre horizontale à hauteur du premier quart du tableau.

Le tableau es478px-francesco_del_cossa_026t aussi traversé d’une barre verticale, un pilier entre le messager et l’élu, présent dans la plupart  des Annonciations . Ici, c’est une barre de lampes. Elle marque la séparation symbolique des mondes divin et humain, elle marque aussi le passage, la bascule entre eux. François appartient au monde des humains, mais il est l’Elu de Dieu pour descendre parmi nous, pour nous sauver et pour nous emmener au Ciel. Derrière la soumission, si l’on regarde bien, un vertige résigné se lit dans son regard.