Devenir « la bonne cliente » : les 7 leçons de Vox Femina

Devenir « la bonne cliente » : les 7 leçons de Vox Femina

Writtern by Béatrice Toulon

Comment  devenir visible  aux yeux des   journalistes quand on est une experte femme et que 85% des interviewés sont des hommes ? Comment s‘en faire remarquer, se faire interviewer? Petit média-training, conseils et témoignages de  Vox Femina recueillis au dernier Women’s forum, auxquels j’ajoute quelques petits conseils…

Par Béatrice Toulon

 

L'équipe de Vox Femina

 

 

 

 

 

 

 

C’est  Vox Femina qui a organisé la rencontre, dans un « corner » du Women’s forum. Son thème Expériences et trucs pour réussir son interview dans les médias.

Créée par l’avocate  Valérie Tandeau de Marsac pour promouvoir une représentation plus équilibrée et moins stéréotypée des femmes dans les médias,  cette association travaille au rapprochement entre expertes (dans le monde économique et de l’entreprise principalement) et médias pour réduire la dramatique sous-représentation des premières dans les seconds.

 Vox Femina

La bataille est loin d’être gagnée : les femmes ne représentent toujours que 15% des experts interviewés dans les médias. Mais au lieu de se lamenter, les expertes  de Vox Femina préfèrent proposer des solutions.  Et transmettre leur expérience aux autres.

Et quand vous avez , comme moi, 30 ans de journalisme derrière vous et que votre métier actuel consiste notamment à faire média-trainings aux femmes qui veulent mieux passer dans les médias, impossible de  résister à l’envie de se glisser dans l’assistance…

Mon verdict : les principales intervenantes ont drôlement bien  compris de quel bois les journalistes sont faits, c’est-à-dire, du même bois que tout le monde, à quelques détails près…

Voici les principales leçons que j’ai retenues de l’échange.

 

1. DEVENEZ VISIBLE

Vox Femina : Pour que les médias pensent à vous, faites-vous connaître. Ecrivez un livre, des articles, acceptez toutes les interviews.  Rendez-vous visible. Un « bon client » pour un journaliste c’est d’abord celui, ou celle, qu’on a déjà vu ailleurs.

Mon conseil en plus : Les journalistes ont moins de temps pour aller chercher  l’expert génial mais inconnu mais se lassent aussi de ceux qu’ils voient trop, experts surtout pros dans l’auto-promotion. Si vous n’avez ni le temps ni le sujet pour écrire un livre, allez sur un site participatif comme le + du Nouvel Observateur ou le Huffington Post et postez des avis d’expert.  Ils sont  surveillés par les médias.

 

 2. LES JOURNALISTES NE SONT PAS HOSTILES PAR PRINCIPE

Vox Femina : Ils sont eux-mêmes  sous pression,  soumis à toutes sortes de contraintes.   Si vous répondez vite à leur appel, si vous collaborez, si vous êtes flexible, en un mot si vous leur facilitez le travail, ils vous en seront reconnaissants.

Mon conseil en plus : Faciliter la vie d’un journaliste c’est surtout lui éviter d’avoir à retravailler derrière :  exprimez-vous de façon claire et concise. Mettez-y la conviction et l’implication  (logos + ethos + pathos). Si c’est un média audiovisuel, évitez les « euh », préférez-leur les silences entre les phrases, voire avant les mots importants. Cela donne de l’importance à votre propos.

 

 3. REPETEZ L’IDEE PRINCIPALE

Vox Femina : Identifiez l’idée que vous  voulez faire passer. Et précisez que vous la répétez parce qu’elle est importante.

Mon conseil en plus :  Communiquer c’est  Simplifier, Grossir, Répéter. Donc, vous pouvez répéter mais en précisant  que c’est délibéré, et dit avec conviction, sinon, ce sera expurgé de l’interview.

 

4. SOYEZ SIMPLE, SINCERE, DIRECT

 Vox Femina : Vous créerez la confiance. Par exemple, fixez avant l’interview les règles de l’échange : pourrai-je relire mes citations ? Et tenez-vous à ce qui a été décidé avant.

Mon conseil en plus : Les journalistes détestent qu’on retouche les textes. N’intervenez qu’a minima, si vraiment votre opinion a été déformée et que cela  vous pose un gros problème.  Sinon, laissez filer…

 

5. NE CRITIQUEZ JAMAIS LE JOURNALISTE FRONTALEMENT

Vox Femina : Si vous n’avez pas été citée correctement, envoyez un mail dans lequel vous remerciez le journaliste d’avoir fait un sujet sur le thème en question. Proposez-lui de le revoir pour approfondir le sujet.  Profitez-en pour donner  amicalement votre avis. Vous aurez peut-être  un mois plus tard un article qui infléchit le premier.

Mon conseil en plus : Montrez-lui que vous lisez ses articles ou écoutez ses chroniques. Que vous le/la connaissez et le/la  respectez. Il/elle prendra plus au sérieux votre remarque.

 

6. REPONDEZ, MEME AUX QUESTIONS EMBARRASSANTES

Vox Femina : Même si vous avez fait le tour des sujets avant l’interview, vous n’êtes pas à l’abri d’une question embarrassante. Essayez de gagner du temps en faisant répéter la question, le temps de réfléchir. Répondez mais précisez que c’est votre avis et restez prudente.

Mon conseil en plus : Répondez avec la prudence indiquée, et j’ajouterais : brièvement. Ne vous laissez pas embarquer sur des terrains que vous n’avez pas balisés. D’autant que le stress a tendance à asphyxier le cerveau et vous entraîner dans des propos moins cohérents.

 

7. Construisez une relation durable.

Vox Femina : Fournissez de l’information au journaliste, qu’il vous identifie comme quelqu’un d’intéressant. Pourquoi  ne pas l’inviter à déjeuner pendant l’été, quand  le ralentissement de l’activité laisse quelque loisir,  et de préférence près de sa rédaction ? La relation avec le journaliste doit se penser comme celle d’un client.

Mon conseil en plus : Et si en plus votre table ne condamne pas à la salade/thé vert, stéréotype de la working girl chichiteuse, c’est carrément bingo.

 

.